c'est l'encre de la seiche.

Elle est naturellement noire,

 

et c'est seulement très diluée qu'elle se révèle d'un brun bleuté .

Le pouvoir colorant de la substance brute surprend par sa puissance et sa noirceur intense.

La sépia a d'abord été utilisée au moyen-âge comme noir.

Depuis maintenant fort longtemps,

les artistes l'utilisent presque toujours pour son brun plus ou moins bleuté,

en tout cas assez froid, bien particulier.

La plus belle sépia est, dit-on, celle de l'Adriatique.

La sépia a été particulièrement à la mode à la fin du XVIIIème siècle et au-delà.

 

Originellement, la sépia fut utilisée comme encre,

particulièrement en lavis,

mais la teinte brune de la véritable sépia de sèche

a été transposée dans d'autres disciplines

: dessin, peinture, photo, cinéma, etc.

 

On l'utilise en dessin sous forme de batonnets ou de crayons, comme la sanguine.

 

      Appelée aussi craie rouge, la sanguine était un mélange de kaolin et d'hématite d'une gamme de couleur s'étandant du brun rouge foncé à celle de la terre cotta. Un papier doux, possédant un peu de grain, met en valeur l'aspect friable de ce matériau tout en conservant ses qualités propres. Cette combinaison donne au dessin une remarquable homogénéité visuelle

.La sanguine est un crayon fait à partir d'hématite, une espèce minérale composée d'oxyde de fer, qui lui donne ses diverses tonalités de rouge, allant de l’orangé au brun rouge foncé. Et par extension, elle désigne les dessins réalisés avec ce matériau.

                La faculté d'emploi de la sanguine, ses coloris chauds particulièrement flatteurs, rappelant ceux de la peau, en font un matériau de prédilection pour le nu et le portrait. Elle fut abondmment employée dès la Renaissance, notamment par Léonard de Vinci qui en tira son fameux effet de sfumato.

                La technique composite dit des trois crayons (pierre noire, craie blanche et sanguine) fut abondamment utilisée au XVIème siècle pour le portrait.
 


 

Le fusain

Kesako ? Le fusain est issu d’une branche d’arbres qui a été partiellement calcinée, en général le saule et le platane, mais également le bouleau, l’épicéa, le tilleul, etc.

le fusain permet d’obtenir de nombreuses nuances dans les tons de gris à noir profond, de jouer avec les ombres et les fondus, de travailler l’art de l’estompage puisque l’excès de poudre peut s’enlever, bref de créer des contrastes pour donner vie à son dessin. En plus, il est bon marché.

Le fusain est très utilisé pour les esquisses, les croquis, les études, mais il sert aussi de dessin préparatoire avant de peindre une toile.

 Le fusain, mal utilisé, à tendance à laisser de vilaines traces noires sur votre dessin et sur vos doigts, sur votre manche. Le fusain ne permet pas de réaliser des petits détails, ce qui peut vous restreindre dans le choix de votre modèle, au moins au début.

 

Les pastels sont des bâtonnets de couleur, composés de pigments, d'une charge et d'un liant. Et selon le produit, cela donne des pastels secs, tendres (très poudreux) ou durs (plus résistants), les pastels gras, à l’huile et à la cire. A cela s’ajoute les crayons pastels qui permettent un travail d’esquisse ou de détail.

 

Retour à l'accueil