philomene

Sainte Philomène est le nom d'une sainte, vierge et martyre de l'Église catholique romaine, qui a fait l'objet d'un culte de 1805 à 1961, culte qui provient des restes trouvées en 1802 dans la catacombe de Priscille, à Rome. Une inscription prise pour le nom de la personne enterrée là, Filumena (transcrit en Philomène) en est à l'origine.

Les restes sont apportés à Mugnano del Cardinale en 1805 et font l'objet d'une vénération importante. Plusieurs miracles leur sont attribués, comme la guérison de Pauline Jaricot en 1835, qui reçut une large publicité. Saint Jean-Marie Vianney attribue à son intercession des guérisons miraculeuses, que d'autres attribuent à son intervention à lui.

En 1833, une religieuse napolitaine assure qu'elle a eu une vision lui révélant que sainte Philomène était une princesse grecque martyrisée à l'âge de 13 ans, sous Dioclétien.

De 1837 à 1861, une fête liturgique est célébrée en son honneur en certains endroits, mais elle n'est pas incluse dans le calendrier catholique universel. En 1920, les éditions du missel romain la mentionne (11 août) dans la section Missae pro aliquibus locis(messes en certains endroits), avec l'indication que la messe est celle des vierges martyres, sans pratiques propres à la sainte.

Le 14 février 1961, le Saint-Siège ordonne que le nom de sainte Philomène soit retiré de tous les calendriers liturgiques

Par conséquent, le missel romain de 1962 (toujours en usage dans le rite extraordinaire selon le motu proprio Summorum Pontificum), ne la mentionne pas.

Elle reste cependant fêtée le 10 août, 11 août ou 14 novembre selon les régions

Néanmoins, ses reliques à Mugnano del Cardinale font encore l'objet de pèlerinages de nombreux pays; il existe une archiconfrérie en son honneur, et elle fait l'objet de dévotion en différents endroits dans le monde. Dans le diocèse de Nantes, le nom de la sainte est attachée à plusieurs établissements privés catholiques (sous contrat) dont le collège sainte Philomène de Couëron et l'école Sainte-Philomène de Saint-Omer de Blain.

À la suite de merveilleuses faveurs (guérisons, miracles de toute sorte) obtenues après des prières devant les reliques de la sainte à Mugnano, sa dévotion se diffusa rapidement et le pape Grégoire XVI,

lui-même témoin de la guérison miraculeuse de Pauline Jaricot,

mais après avoir prudemment fait mener des enquêtes sur la question, finit par autoriser le culte de la sainte in honorem s. Philumenae virginis et martyris. Initialement fixée au 10 août la fête de Sainte Philomène fut déplacée au 11 août sous Léon XIII.

Retour à l'accueil