celirefereLe célérifère est un canular fomenté en 1891 par le journaliste français Louis Baudry de Saunier, spécialiste de la locomotion terrestre. Il s’agit d’une « machine à courir » prétendument inventée en 1790 par un certain comte Mede de Sivrac, et qui ressemble à la draisienne, laquelle a été réellement inventée 27 ans plus tard par un Allemand nommé Karl Drais, qui fit breveter son engin en France.

Le terme vélocipède regroupe l'ensemble des cycles à propulsion humaine, quel que soit le nombre de roues.

Ce fut le nom français donné par Karl Drais à sa draisienne, pour son importation en France en 1818, avant de devenir un nom générique. Il est à l'origine du terme vélo, utilisé en langage courant pour désigner une bicyclette

 

 

 

En 1818,

l'avocat Louis-Joseph Dineur emploie le terme « vélocipède »

 lorsqu'il dépose une demande d'un brevet importation de 5 ans au nom de son client Karl Drais

 qui cherche à commercialiser sa draisienne,

présentée l'année précédente à Mannheim.

Il a auparavant hésité à utiliser « machine à courir », traduction de l'allemand « Laufmaschine ».

Le 5 avril 1818, le Journal de Paris confirme cette appellation en l'utilisant, associée à « draisienne »,

pour annoncer une course au jardin du Luxembourg 

La draisienne comportait deux parties principales, le cadre assez bas pour que les pieds puissent toucher le sol et le train de direction relié au cadre par un pivot commandé par un timon directeur (dénomination du guidon).

Le vélocipède tombé dans un relatif oubli

fut amélioré par l'artisan serrurier Pierre Michaux qui invente avec son fils Ernest la pédale en 1861,

une machine appelée « vélocipède-Michaux »

ou michaudine, vendue pour un minimum de 250 francs

(soit une année de salaire d'ouvrier manuel).

L'engin connaît un beau succès dans la haute société : le fils de Napoléon III 

se met en tête de convertir toute la cour au « vélocipède »,

au point qu'on le surnomme « Vélocipède IV » velocipede a 3 roues

 Le vélocipède est amélioré dans les années 1869-1870 notamment par des bandages en caoutchouc plein

(premier brevet pris le 24 novembre 1869 parClément Ader)

remplaçant le cerclage de fer et par des roues aux rayons métalliques en tension (brevet n° 86705 pris le 4 août 1869 par E. Meyer).

Parmi ces inventions, le vélocipède à vapeur à propulsion par la roue arrière construit par Louis-Guillaume Perreaux,

avec les établissements Michaux, dont un modèle existe au musée d'Île-de-France à Sceaux préfigure la moto : c'est le premier cyclomoteurle grand bi

 

 

 

  • Dès 1889, les vélos peuvent rouler sur des boudins de caoutchouc gonflés d'air et fixés à la jante. Système plus confortable mais peu pratique : réparer ou changer un pneu crevé est une opération longue et délicate.

  • Édouard et son frère André Michelin inventent un nouveau système de pneu avec chambre à air,qui est breveté en 1891

et les super sacoches de

http://karinethiboult.over-blog.com/2016/03/mes-sacoches-a-velo.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Retour à l'accueil